3.17.1. L’Affaire du “Bonnet rouge”

Publication anarchiste et satirique créée par Eugène Bonaventure Vigo (sous le pseudonyme Miguel Almereyda), le Bonnet rouge a été fondé le 22 novembre 1913. Hebdomadaire à ses débuts, il devient quotidien en mars 1914 et paraît jusqu’en 1917 (quelques numéros sont publiés en 1922). La publication connaît rapidement un très grand succès.


En 1914, au moment de la conscription militaire, il participe à l’appel à la désertion lancé par l’Action internationale Antimilitariste. Avec l’entrée en guerre de la France, le gouvernement limite la liberté de la presse.


Or la ligne éditoriale du Bonnet rouge est à la fois antimilitariste et internationaliste, ce qui ne manque pas de provoquer l’intervention fréquente de la censure républicaine. Par ailleurs, la trésorerie du Bonnet rouge bénéficie de fonds suspects en provenance de l’étranger. Pour la droite et l’extrême droite, Vigo n’est rien de moins qu’un traître dont il faut se débarrasser à tout prix. À cela s’ajoute la publication par le Bonnet rouge, à la demande du ministre des Finances Joseph Caillaux, d’articles prenant la défense de sa femme, Henriette Caillaux, accusée du meurtre de Gaston Calmette, directeur du Figaro. Calmette avait mené une violente campagne contre Caillaux à qui il reprochait sa politique de rapprochement franco-allemand. Mme Caillaux, prise d’un coup de folie, l’avait assassiné. Fidèle à ses idées mais impliqué dans des intrigues financières et politiques, Vigo est finalement accusé d’intelligence avec l’Allemagne et arrêté durant l’été 1917. Peu après, au petit matin du 14 août, on le retrouve « suicidé » dans sa cellule de Fresnes. Il a été étranglé avec ses lacets de bottines. Caillaux mais aussi le ministre de l’Intérieur Louis Malvy, proche de Vigo et partisan d’une Paix blanche, sont arrêtés peu après. Ils comparaîtront tous deux devant la Haute Cour de justice, le premier sera condamné à une peine de prison, le second, au bannissement. De Léon Daudet à Georges Clemenceau, l’affaire du « Bonnet rouge » va, dès lors, être largement exploitée par tous les partisans de la guerre à outrance.

Archives

Affaire du « Bonnet rouge » (Fonds LDH)
F/DELTA/RES/0080
1917-1928
18 pièces
Manuscrits, coupures de presse, tirés à part, brochures ayant trait à la révision du procès du « Bonnet rouge », octobre-novembre 1928. Plaidoiries lors de la révision du procès en 1928, ainsi que des témoignages dont celui de Joseph Caillaux. Rapports du Commissariat spécial de Police des Établissements militaires de Bourges, annexe à la déposition du sénateur Bérenger, ainsi que le Rapport confidentiel du Service des Renseignements aux Armées relatif à la propagande pacifiste, annexe à la déposition du sénateur Bérenger.
Consultable en ligne sur l’Argonnaute : cliquer ici.

Périodique

Le Bonnet rouge
Paris, Miguel Almereyda (rédac. Chef)
GF P 11 Res
État de collection : n° 1, (nov. 1913) – n° 6, (déc. 1913) ; n° 7 (1914) – n° 16 (1914) ; n° 59 (1914) ; n° 144 (1914) ; n° 147 (1914) ; n° 150 (1914) ; n° 153 (1914) – n° 155 (1914) ; n° 157 (1914) ; n° 165 (1914) ; n° 183 (1914) ; n° 210 (1914) – n° 294 (1914) ; n° 300 (1915) – n° 656 (1915) ; n° 657 (1916) – n° 990 (1916) ; n° 991 (1917) – n° 1150 (1917) ; n° 1 (1922).
Hebdomadaire en 1913 puis quotidien du soir à partir de mars 1914.

Consultable en ligne sur l’Argonnaute : cliquer ici.



Citer ce billet
La contemporaine (2019, 27 février). 3.17.1. L’Affaire du “Bonnet rouge” Guide des sources de la paix à La contemporaine. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/uhrb