3.4.5. Comité international d’action démocratique

Également appelé Internationale démocratique pour la paix, le Comité international d’action démocratique pour la paix est un mouvement international pour la jeunesse créé en 1921 à l’issue d’un congrès international organisé par Marc Sangnier (1873-1950) et la Ligue Jeune République. Il promeut la réconciliation franco-allemande par la rencontre et le partage entre les jeunes gens des pays ennemis durant la Première Guerre mondiale. Il cesse ses activités en 1939.

Archives

France. Pacifisme. Associations diverses
4/DELTA/1557
1920-1931
1 chemise (environ 150 pièces)
Dossier d’archives thématique constitué par les services de la Bibliothèque-Musée de la Guerre (aujourd’hui La contemporaine).
Correspondance, cartes d’adhérents, tracts, bulletins d’adhésion émanant de diverses associations françaises pour la paix. Une chemise par association.
Concernant le Comité international d’action démocratique pour la paix (7 pièces) (1921-1929) : divers appels dont un appel à signer les accords de Locarno ; « Croisade de la jeunesse pour la paix », 1929 ; programme du 1er congrès démocratique international, tenu à Paris du 4 au 11 décembre 1921, ainsi que ceux du IIe congrès organisé à Vienne (Autriche) du 26 septembre au 1er octobre 1992 et du VIIe congrès organisé à Würzburg (Allemagne) du 3 au 11 septembre 1927. La plupart des documents sont adressés à André Honnorat (1868-1950).

France. Pacifisme. Organismes internationaux divers
4/DELTA/1608/7
1920-1923
5 pièces
Dossier d’archives thématique constitué par les services de la Bibliothèque-Musée de la Guerre (aujourd’hui La contemporaine).
Charte et Constitution de l’Action internationale démocratique pour la paix (président : Marc Sangnier) ; numéros 29 (11 décembre 1921), 30 (18 décembre 1921) et 31 (25 décembre 1921) de La Jeune République ; « Discours prononcé par Marc Sangnier à la Chambre des députés le vendredi 16 novembre 1923 à propos du IIIe Congrès démocratique international de Fribourg-en-Breslau » (supplément à La Jeune République du 23 novembre 1923, numéro 181).