Archives par mot-clé : Archives

2.5.6. Suisse

Avec les Pays-Bas, la Suisse occupe une place de choix dans la dynamique internationale pacifiste. La Suisse se distingue surtout pendant la Première Guerre mondiale par l’activisme des étrangers qu’elle accueille en plus grand nombre à partir de 1916. Cet afflux d’émigrés vers la Suisse, traditionnelle terre d’accueil, la transforme en haut lieu de réflexion sur la paix future, en particulier autour de la figure incontournable de Romain Rolland. Le cercle de jeunes intellectuels et artistes réunis autour de lui s’engage en faveur de la paix par la publication de nombreux articles dans des revues internationales fondées ex nihilo (cf. 2.9.4.6. Périodiques. Suisse.). Ce type d’engagement coexiste à côté de celui de mouvements organisés qui poursuivent leurs activités durant le conflit.

2.5.6.1. Ligue pour la défense de l’humanité / Bund für Menschheitsinteressen
2.5.6.2. Société suisse de la paix / Schweizerische Friedensgesellschaft
2.5.6.3. Association suisse pour l’étude des bases d’un traité de paix durable / Schweizerische Vereinigung zum Studium der Grundlagen eines dauerhaften Friedensvertrages


 

Continuer la lecture de 2.5.6. Suisse

2.6.1. Jeanne et Michel Alexandre

Jeanne Alexandre (1890-1980), sœur du sociologue Maurice Halbwachs, est l’une des principales figures du pacifisme intégral des années 1930. Cette agrégée de lettres et professeur de philosophie est une ancienne élève du philosophe Alain (1868-1951). Michel Alexandre (1877-1945) a été agrégé de philosophie. Ce professeur était un disciple d’Alain. Le fonds d’archives privées Jeanne et Michel Alexandre a été versé en mars 1982 (don n° 67563).
Leurs archives documentent leurs activités au sein des mouvements pacifistes et socialistes en particulier pendant la première guerre mondiale et l’entre-deux-guerres.
Pour consulter l’inventaire complet du fonds, cliquer ici.

Continuer la lecture de 2.6.1. Jeanne et Michel Alexandre

2.6.3. Jules Prudhommeaux

Professeur agrégé d’histoire, docteur ès lettres, professeur au Collège libre des sciences sociales, Jules Prudhommeaux (1869-1950) est un militant pacifiste et coopérateur. Co-fondateur de la Société des jeunes amis de la paix, marié à la nièce de Jean-Baptiste Godin, directeur-fondateur du Familistère de Guise, d’influence fouriériste, il dirige après la Première Guerre mondiale, le Centre européen de la Dotation Carnegie.
Son fils a fait don le 12 novembre 1951 de ses archives (don n° 42057).
Une grande partie du Fonds Jules Prudhommeaux est numérisée et disponible dans l’Argonnaute. Nous invitons le lecteur à effectuer une recherche selon la cote concernée dans le moteur de recherche de la bibliothèque numérique.
Pour consulter l’inventaire complet du fonds, cliquer ici.

Continuer la lecture de 2.6.3. Jules Prudhommeaux

2.6.2. Gabrielle Duchêne

Gabrielle Duchêne (1870-1954) est une militante féministe et pacifiste, proche du Parti communiste à partir des années 1920. Fondatrice notamment de l’Office français du travail féminin à domicile (1913), elle refuse l’Union sacrée en 1914 et poursuit son engagement contre la guerre, aux côtés notamment de Jeanne Halbwachs. Elle devient présidente de la section française du Comité international des femmes pour la paix permanente (fondé en 1915) et secrétaire de la section française de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté. Elle se rallie au Congrès international des femmes de La Haye de 1915. À la fin des années 1920, elle s’engage également contre le fascisme et participe entre autres au Congrès contre la guerre et l’impérialisme mené par Romain Rolland et Henri Barbusse en 1932. À la suite de cela, elle devient secrétaire du Comité mondial des femmes contre la guerre et le fascisme.
Ses archives ont été données le 23 juillet 1974 par Christiane Lacourt (don n° 63150).
Pour consulter l’inventaire complet du fonds, cliquer ici.

Continuer la lecture de 2.6.2. Gabrielle Duchêne

2.7.1. Le mouvement ouvrier et la mouvance socialiste

2.7.1.1. Mouvements socialistes en Allemagne
2.7.1.2. Mouvements socialistes en Autriche-Hongrie
2.7.1.3. Mouvements socialistes en France
2.7.1.4. Comité pour la reprise des relations internationales
2.7.1.5. La mouvance anarchiste pacifiste
2.7.1.6. Conférences de Zimmerwald (1915) et de Kienthal (1916)

Continuer la lecture de 2.7.1. Le mouvement ouvrier et la mouvance socialiste

2.7.2. Les éducateurs et la jeunesse

2.7.2.1. L’École de la Paix
2.7.2.2. Fédération nationale des syndicats d’institutrices et instituteurs publics

Continuer la lecture de 2.7.2. Les éducateurs et la jeunesse

2.7.3. Les juristes internationalistes

2.7.3.1. Jules Basdevant
2.7.3.2. Nicolas Politis
2.7.3.3. Walther Schücking


 

Continuer la lecture de 2.7.3. Les juristes internationalistes

2.7.4. Les Églises

2.7.4.1. Quakers – Society of Friends Peace Committee (Londres)
2.7.4.2. Church of England Peace League
2.7.4.3. Federal Council of the Churches of Christ in America
2.7.4.4. Alliance universelle des Églises pour le progrès de l’amitié entre les peuples : La Voix chrétienne

Continuer la lecture de 2.7.4. Les Églises

2.7.5. Le mouvement féministe

2.7.5.1. Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté
2.7.5.2. Union mondiale de la femme pour la concorde internationale
2.7.5.3. Conférence internationale des femmes socialistes (Berne, 1915) et Congrès international des femmes (La Haye, 1915)

Continuer la lecture de 2.7.5. Le mouvement féministe

2.7.7. Associations dont la défense de la paix n’est qu’un aspect de l’engagement

Continuer la lecture de 2.7.7. Associations dont la défense de la paix n’est qu’un aspect de l’engagement

2.7.9. Répression de la propagande pacifiste

2.7.9.1. L’Affaire du « Bonnet rouge »
2.7.9.2. Répression touchant les enseignants, syndiqués ou non
2.7.9.3. Le cas Wilhelm Friedrich Förster
2.7.9.4. Affaires de censure
2.7.9.5. Affaires de propagande pacifiste ou « défaitiste »

Continuer la lecture de 2.7.9. Répression de la propagande pacifiste

3.2.1. L’Union interparlementaire

L’Union interparlementaire (UIP), créée en 1889, est une organisation mondiale des parlements des États souverains dont le but est de promouvoir la paix et le principe de l’arbitrage international. Elle a été cofondée par Frédéric Passy (1822-1912), député français, et William Randal Cremer (1828-1908), député britannique. Son siège est à Berne, elle regroupe des parlementaires du monde entier soucieux de promouvoir la paix dans les relations internationales, notamment par la généralisation de la procédure de l’arbitrage international. En juillet 1910, le groupe français de l’Union interparlementaire fusionne avec le Groupe parlementaire français de l’arbitrage international.

Continuer la lecture de 3.2.1. L’Union interparlementaire

3.2.2. Le Bureau international de la Paix (Berne)

Le Bureau international de la Paix (BIP) (International Peace Bureau, IPB), qui existe toujours, est la plus ancienne organisation internationale pour la paix. Il est fondé à Rome en 1891, à l’issue du IIICongrès universel de la Paix, sous le nom de Bureau international permanent de la Paix, et est établi à Berne comme bureau central et organe exécutif de l’Union internationale des sociétés de paix. La plupart des organisations pacifistes ou sympathisantes de la cause de la paix lui sont affiliées. Le Bureau est récompensé en 1910 par le prix Nobel de la paix, mais la Grande Guerre porte un coup dur à ses activités. Il ne parvient pas à garder après-guerre la même position prépondérante parmi les organisations et institutions internationales.

Continuer la lecture de 3.2.2. Le Bureau international de la Paix (Berne)

3.2.3. Le centre européen de la Dotation Carnegie (Paris)

Dotation Carnegie pour la paix internationale (Carnegie Endowment for international Peace en anglais), fondée aux États-Unis en 1910 par l’industriel et philanthrope Andrew Carnegie (1835-1919).

Continuer la lecture de 3.2.3. Le centre européen de la Dotation Carnegie (Paris)

3.3.1. Actions de la Société des Nations en faveur de la paix

La Contemporaine abrite un fonds d’archives dont la Société des Nations est productrice. Sont ici rassemblées les sources sur les actions de la Société des Nations en faveur de la paix, à partir du fonds Société des Nations mais aussi d’autres fonds. La Conférence de 1932 sur le désarmement y occupe une place importante.

Continuer la lecture de 3.3.1. Actions de la Société des Nations en faveur de la paix

3.3.2. Commission internationale de coopération intellectuelle (SDN)

La Commission internationale de coopération intellectuelle (CICI) est un organe de la Société des Nations créé en 1922. Elle est chargée de promouvoir les échanges culturels et intellectuels entre scientifiques, universitaires, artistes et intellectuels. Son travail est suspendu en 1939, avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

Continuer la lecture de 3.3.2. Commission internationale de coopération intellectuelle (SDN)

3.3.3. Institut international de coopération intellectuelle (Paris, SDN)

Créé en 1924 à Paris, sur proposition du gouvernement français à la Société des Nations, l’Institut international de coopération intellectuelle est inauguré en 1926. Il est l’organe exécutif de la Commission internationale de coopération intellectuelle. Ses activités sont suspendues en 1940.

Continuer la lecture de 3.3.3. Institut international de coopération intellectuelle (Paris, SDN)

3.4.1. Ligue internationale de la paix et de la liberté

La Ligue internationale de la paix et de la liberté a été fondée en 1867 à Genève, sous le patronage de Garibaldi, Victor Hugo et Charles Lemonnier (1806-1891). Ses bureaux se trouvent à Berne, en Suisse. Elle se donne pour but l’organisation de la paix par la liberté et la justice. Elle a d’abord été présidée par Charles Lemonnier (1806-1921), puis à partir de 1891 par Émile Arnaud (1864-1921). La Ligue édite le journal Les États-Unis d’Europe. Elle ne doit pas être confondue avec la Ligue internationale et permanente de la paix de Frédéric Passy (1822-1912), fondée elle aussi en 1867, mais à Paris.

Continuer la lecture de 3.4.1. Ligue internationale de la paix et de la liberté

3.4.2. War Resister’s International / Internationale des résistants à la guerre

Fondée en 1921 aux Pays-Bas par divers groupes pacifistes radicaux, la War Resister’s International (WRI) est une organisation internationale pacifiste et antimilitariste qui existe toujours. Elle promeut l’action non-violente et refuse tout conflit armé. Son credo fondateur est « La guerre est un crime contre l’humanité ».

Continuer la lecture de 3.4.2. War Resister’s International / Internationale des résistants à la guerre