Archives par mot-clé : Archives

3.13.1. Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté

La Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté (Women’s International League for Peace and Freedom) est une association pacifiste et féministe créée en 1915 par Jane Addams (1860-1935) et Emily Greene Balch (1867-1961), ayant notamment milité, dans la période de l’entre-deux-guerres, pour le désarmement et contre l’exploitation et les discriminations, et dont la responsable de la section française était Gabrielle Duchêne.

Continuer la lecture de 3.13.1. Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté

3.13.2. Union mondiale de la femme pour la concorde internationale

Fondée à Genève le 9 février 1915 par Clara d’Arcis  (1879-1937) née Guthrie, avec la collaboration de 36 femmes de différentes nationalités, l’Union mondiale de la femme pour la concorde internationale est une association politique et interconfessionnelle. Son but est la paix par le développement de la responsabilité et de l’effort personnel. Pour ce faire, l’Union mondiale de la femme s’occupe de l’éducation de la femme et des enfants au travers de périodiques à destination des écoles et de brochures insistant sur la mise en œuvre du désarmement moral. L’Union a vraisemblablement cessé toute activité en 1957.

Continuer la lecture de 3.13.2. Union mondiale de la femme pour la concorde internationale

3.13.3. Ligue internationale des mères et éducatrices pour la paix

La Ligue internationale des mères et éducatrices pour la paix est fondée en 1928. Elle a pour but d’interpeller les mères pour éviter la guerre, en leur faisant prendre conscience de l’impact qu’elles ont en tant que premières éducatrices des hommes. Les années 1930 voient son nombre d’adhérentes considérablement augmenter. À la montée des fascismes en Europe, la Ligue répond par un pacifisme intégral, désirant sauver à tout prix la paix.

Continuer la lecture de 3.13.3. Ligue internationale des mères et éducatrices pour la paix

3.14.3. Jules Basdevant

Juriste et professeur de droit français, Jules Basdevant (1877-1968) s’est investi dans de nombreux domaines en lien avec le droit international. Agrégé des Facultés de droit (section droit public), il fut professeur de droit international à l’Université (à Paris à partir de 1903) et à l’Institut d’études politiques de Paris. Contemporain de l’édification d’une communauté juridique internationale à laquelle il a contribué, notamment en tant que représentant du Gouvernement français, ses archives témoignent de ses activités multiples au sein ou en rapport avec les grandes institutions internationales. En 1918-1919, il participe à la Commission de préparation de la Société des Nations. Il devient juge à la Cour internationale de Justice de La Haye de 1946 à 1964.

Ses archives ont été données en février 2004 par Sfar, ayant-droit de Jules Basdevant (don n° 78157). Outre son investissement dans le domaine des institutions internationales, on trouvera dans ses archives les consultations qu’il a accordées dans différents domaines, allant du droit international privé jusqu’au droit privé (il est en lien étroit notamment avec un avocat de Lausanne, James Vallotton).

Lien vers l’inventaire détaillé en ligne : cliquez ici.

Continuer la lecture de 3.14.3. Jules Basdevant

3.14.4. Nicolas Politis

Diplomate et homme politique grec, Nicolas Politis (1872-1942) joue un rôle important parmi les juristes internationalistes. Délégué de la Grèce à la Conférence de la paix de Paris, signataire du Traité de Saint-Germain en Laye, il œuvre à la création de la Cour permanente de justice internationale de La Haye et est également très impliqué dans les commissions de la Société des Nations.

Continuer la lecture de 3.14.4. Nicolas Politis

3.15.1. La Ligue des Droits de l’Homme

Fondée en 1898 par Ludovic Trarieux (1840-1904) en pleine Affaire Dreyfus, la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) est une association visant à l’observation et la défense des droits de l’homme en France, dans tous les domaines de la vie publique. Elle rejoint l’Union sacrée en 1914 mais poursuit néanmoins son œuvre de défense des droits individuels (censure, soldats fusillés, etc.) durant tout le conflit. Une minorité plutôt pacifiste se forme en son sein, qui critique le Traité de Versailles. Le président de la LDH est Ferdinand Buisson (1841-1932) de 1914 à 1926, et Henri Guernut (1876-1943), le secrétaire général de 1912 à 1932. Émile Kahn (1876-1958) lui succède et reste à ce poste jusqu’en 1953, date à laquelle il est élu président.

Continuer la lecture de 3.15.1. La Ligue des Droits de l’Homme

3.17.1. L’Affaire du “Bonnet rouge”

Publication anarchiste et satirique créée par Eugène Bonaventure Vigo (sous le pseudonyme Miguel Almereyda), le Bonnet rouge a été fondé le 22 novembre 1913. Hebdomadaire à ses débuts, il devient quotidien en mars 1914 et paraît jusqu’en 1917 (quelques numéros sont publiés en 1922). La publication connaît rapidement un très grand succès.


En 1914, au moment de la conscription militaire, il participe à l’appel à la désertion lancé par l’Action internationale Antimilitariste. Avec l’entrée en guerre de la France, le gouvernement limite la liberté de la presse.


Or la ligne éditoriale du Bonnet rouge est à la fois antimilitariste et internationaliste, ce qui ne manque pas de provoquer l’intervention fréquente de la censure républicaine. Par ailleurs, la trésorerie du Bonnet rouge bénéficie de fonds suspects en provenance de l’étranger. Pour la droite et l’extrême droite, Vigo n’est rien de moins qu’un traître dont il faut se débarrasser à tout prix. À cela s’ajoute la publication par le Bonnet rouge, à la demande du ministre des Finances Joseph Caillaux, d’articles prenant la défense de sa femme, Henriette Caillaux, accusée du meurtre de Gaston Calmette, directeur du Figaro. Calmette avait mené une violente campagne contre Caillaux à qui il reprochait sa politique de rapprochement franco-allemand. Mme Caillaux, prise d’un coup de folie, l’avait assassiné. Fidèle à ses idées mais impliqué dans des intrigues financières et politiques, Vigo est finalement accusé d’intelligence avec l’Allemagne et arrêté durant l’été 1917. Peu après, au petit matin du 14 août, on le retrouve « suicidé » dans sa cellule de Fresnes. Il a été étranglé avec ses lacets de bottines. Caillaux mais aussi le ministre de l’Intérieur Louis Malvy, proche de Vigo et partisan d’une Paix blanche, sont arrêtés peu après. Ils comparaîtront tous deux devant la Haute Cour de justice, le premier sera condamné à une peine de prison, le second, au bannissement. De Léon Daudet à Georges Clemenceau, l’affaire du « Bonnet rouge » va, dès lors, être largement exploitée par tous les partisans de la guerre à outrance.

Continuer la lecture de 3.17.1. L’Affaire du “Bonnet rouge”

3.17.2. L’Affaire Felix Fechenbach

Felix Fechenbach (1894-1933) était un journaliste et homme politique socialiste et pacifiste allemand, proche de Kurt Eisner (1867-1919). En 1922, il est accusé et reconnu coupable à Munich de haute trahison après une campagne de diffamation menée notamment par l’extrême droite nationaliste et antisémite allemande. Ses articles sur la responsabilité de l’Allemagne dans la Première Guerre mondiale sont utilisés comme pièces à charge. Il est assassiné par les nazis en 1933.

Continuer la lecture de 3.17.2. L’Affaire Felix Fechenbach

3.18. Revue de presse internationale – le BEPE

Le fonds d’archives du Bureau d’étude de la presse étrangère (BEPE) est l’ensemble de la documentation rassemblée dans de nombreux pays par le BEPE, organisé par Julien Cain en 1915.

Continuer la lecture de 3.18. Revue de presse internationale – le BEPE